En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d'intérêt, recueillir des données de statistiques et permettre le partage de pages sur les réseaux sociaux. En savoir plus X

APIMAG

LES MIELS APIVITA BIOS ET EUROPEENS 

Choisir d’utiliser un miel dans une formule est une histoire sérieuse. Sérieuse parce que tous les miels n’ont pas les mêmes propriétés, sérieuse car il faut être capable de produire tout le temps, dans des quantités importantes et avec la même qualité et sérieuse car choisir un miel, c’est aussi choisir un apiculteur. Pour cela, Apivita fait confiance à ses partenaires qui parcourent l’Europe à la recherche des miels bios les plus purs.

Le miel de lavande bio est par exemple récolté en Provence. Il est utilisé dans la gamme transpiration pour ses propriétés assainissantes pour la peau. Le miel de thym bio est quant à lui récolté en Italie. Utilisé par plusieurs hôpitaux en France en cicatrisation des plaies et des brûlures, nous l’utilisons chez Apivita dans l’Apigel Régénérant pour le soin des engelures et des peaux abîmées par les agressions climatiques.

L’engagement d’Apivita, c’est de n’utiliser que des miels certifiés bio selon la réglementation européenne. Et trouver un miel bio est un véritable défi : en France par exemple, l’apiculture biologique représente seulement 14% du cheptel national.

Il est vrai que pour être qualifié de miel bio, il faut répondre à des critères très strictes définis par le Règlement Européen. Pour ne citer que quelques exemples, un miel certifié bio est d’abord un miel qui provient de ruches construites avec des éléments d’origine naturelle, le bois par exemple. Les ruches de miel bio sont par ailleurs uniquement entourées de forêts, de champs de fleurs sauvages ou encore de cultures bios et ce, sur minimum 3km !

Un miel bio, c’est avant tout un miel qui a été récolté dans le plus grand respect de la colonie, avec l’interdiction de prélever du miel dans les couvains des abeilles en devenir et surtout l’interdiction d’utiliser des répulsifs chimiques.

La promesse d’un miel bio pour tous les produits Apivita, c’est la garantie d’apporter le meilleur soin aux abeilles et les actifs de la meilleure qualité à votre peau.

---------------------------------

MIEUX COMPRENDRE LA TRANSPIRATION

Mauvaises odeurs, vêtements qui frottent, peau qui pèle, irritations ou encore mycoses cutanées, la transpiration peut parfois être source d’inconforts et devenir gênante... Alors, à quoi sert-elle ? On vous explique tout sur le sujet !

Pourquoi est-ce que je transpire ?

La transpiration, qu’on appelle aussi sudation, consiste en la production de sueur à la surface de la peau. C’est un phénomène naturel et nécessaire. Elle a deux fonctions majeures dans l’organisme :

-          En refroidissant la surface de la peau, la transpiration permet de réguler la température de l’organisme et de s’adapter à la température extérieure.

-          La transpiration permet aussi d’éliminer certains déchets, autrement dit, elle permet de détoxifier l’organisme.

Un faible pourcentage de la population souffre d’un dysfonctionnement appelé hyperhidrose. L’hyperhidrose consiste en la production excessive de sueur. Elle ne concerne qu’un très faible pourcentage de la population.

Les glandes sudoripares et la sueur

La sueur est produite sous l’épiderme, au niveau des glandes sudoripares. Il en existe deux types, les glandes eccrines et les glandes apocrines.

-          Les glandes eccrines sont très nombreuses, on les retrouve sur l’ensemble du corps et particulièrement au niveau des mains, des pieds et du front. Elles s’activent sous l’effet de la chaleur ou de l’activité physique.

-          Les glandes apocrines, quant à elles se retrouvent toujours liées aux appareils pilo-sébacés, donc uniquement dans les régions avec des poils (aisselles et parties génitales). Elles sont stimulées par l’activité physique, les émotions et le stress.

La sueur est inodore et incolore, majoritairement composée d’eau, même si la composition varie selon si elle est produite par les glandes eccrines et apocrines.

Pourquoi ma transpiration s’accompagne de mauvaises odeurs ?

Comme dans tout le reste de notre organisme, il existe à la surface de notre peau un ensemble de bactéries, qui composent la flore cutanée. Cette flore cutanée participe à la fonction barrière de la peau et nous protège des infections microbiennes. On y retrouve aussi des bactéries pathogènes qui consomment notre sueur et la transforme en molécules responsables des mauvaises odeurs.

Ce n’est donc pas la transpiration en elle-même qui est responsable des odeurs corporelles, mais bien un déséquilibre de la flore cutanée : la transpiration et les odeurs deviennent gênantes lorsque les bactéries pathogènes sont présentes en trop grand nombre. Ainsi, une solution à la fois naturelle et efficace pour combattre les mauvaises odeurs consiste à éliminer ces bactéries, notamment à l’aide des prébiotiques.

Comment faire pour transpirer moins naturellement ?

Pour limiter une sudation trop importante, il est déconseillé de manger épicé, de porter des matières synthétiques ou de fumer. Par contre, la consommation de boissons chaudes aide à réguler la température, pensez-y !

Certaines plantes sont plébiscitées pour leurs propriétés vis-à-vis de la transpiration : le tea-tree, la lavande, le palmarosa ou encore la sauge. Préférez-les autant que possible aux sels d’aluminium pour éviter d’obstruer les pores et pour préserver le mécanisme naturel de la transpiration.

-----------------

Made in France

Le Laboratoire APIVITA est fier de fabriquer ses produits en France.

Depuis les années 60, nous imaginons, testons et fabriquons tous nos produits en France. Parce que nous sommes restés très attachés à l’histoire de nos fondateurs apiculteurs, nos formules continuent à s’inspirer de ces racines provençales et le Made in France est et restera pour nous une priorité.

Le savoir-faire à la française

Le Made in France pour APIVITA, c’est tout d’abord la garantie d’un savoir faire historique dans la dermocosmétique. La recherche et le développement sont réalisés par des équipes qui butinent entre la région parisienne et le sud de la France pour faire éclore les produits de demain.

Gage de sécurité, qualité, traçabilité. 

Produire français c’est aussi s’assurer et assurer nos clients d’une parfaite traçabilité. Pour chacun de nos lots, nous savons où, quand, par qui et comment les produits ont été fabriqués. En plus, la Réglementation Française, particulièrement stricte, nous impose des conditions de fabrication qui garantissent la sécurité et l’innocuité de nos produits.

Assurer une économie plus responsable  

En ancrant le développement de nos formules et la fabrication de nos produits sur des sites français, nous permettons à nos clients de réaliser un achat responsable tout en prenant soin de leur peau à travers des formules efficaces. De plus, la production française permet de limiter le transport de nos produits et ainsi de diminuer notre impact sur l’environnement.

Ingrédients issus de l’agriculture locale

Autant que faire se peut, nos ingrédients naturels sont issus de l’agriculture biologique, voire même dans certains cas, récoltés à la main. C’est le cas de l’Acanthe Sauvage que nous obtenons à travers un partenariat durable avec une coopérative de cultivateurs locaux spécialisés en plantes médicinales. Nous utilisons l’Acanthe Sauvage d’Auvergne dans la Crème Anti-Frottement et dans l’Apigel Régénérant pour ses propriétés de régénération cellulaire et de protection de la peau. 

--------------------

Courir en hiver

Quand l’hiver arrive, il est bien souvent difficile de tenir ses bonnes résolutions. Les journées sont courtes et les conditions climatiques sont plutôt difficiles pour les activités de running en extérieur.

Voici quelques conseils pour continuer de courir, même en hiver !

-          S’échauffer à l’intérieur

Pour éviter les risques de blessures, il est nécessaire d’augmenter progressivement la température des muscles avant une séance intensive. Pour éviter de sortir trop couvert ou de raccourcir cette étape indispensable, faites-le en intérieur.

-          Couvrir la tête

On l’oublie bien souvent et pourtant, par temps froid, 40% de la déperdition de chaleur se fait par la tête. Pensez à la garder bien au chaud avec un bandeau ou un bonnet.

-          Adopter la technique des 3 couches

La technique des 3 couches permet de protéger le corps du froid tout en le laissant respirer, c’est-à-dire pour un maximum de confort et de légèreté :

  •          1ère couche : vêtement seconde peau respirant
  •          2ème couche : vêtement isolant
  •          3ème couche : vêtement de protection (vent et pluie)

Cette technique vous permettra de courir protégé avec un maximum de confort et de légèreté.

-          Protéger les extrémités

Pieds, mains, lèvres, nez et oreilles souffrent pendant l’effort. Appliquez une crème grand froid sur vos mains et vos pieds avant de sortir, portez des chaussettes et des gants adaptés à la course en hiver, et appliquez un baume gras sur les lèvres et le nez.

-          Boire régulièrement

Lorsqu’on respire de l’air froid, la déshydratation s’accélère. Sur les séances longues de plus d’une heure, n’oubliez pas d’emporter une gourde d’eau.

-          Etre repérable

Si vous courrez de nuit, comme c’est souvent le cas en hiver, soyez toujours repérable, particulièrement par les automobilistes. Pensez aux bandes réfléchissantes (chaussures de running, coupe-vent etc.) et aux lampes frontales. La journée, préférez des couleurs sombres pour mieux absorber les quelques rayons solaires qui pointeraient le bout de leur nez !

 

----------

Les Engelures : comment les éviter ?

Les engelures sont des affections hivernales courantes mais douloureuses. Elles se localisent dans les extrémités au niveau des pieds, des mains, du nez ou encore des oreilles. C’est important de les reconnaître dès les premiers symptômes afin de les soigner le plus efficacement possible : rougeurs, picotements, boursouflures etc.

Cependant, il existe des gestes simples pour les éviter même lorsque l’hiver est froid et humide :

1. PRENDRE SOIN DE SOI

Appliquer en prévention une crème protection grand froid sur les zones à risque (mains et pieds essentiellement).

Éviter la consommation de tabac, de boissons caféinées, d’alcool et proscrire la consommation de cannabis ou autres substances à effet vasoconstricteur.

2. RÉAGIR EN CAS D’EXPOSITION AU FROID

Ne pas accélérer le réchauffement avec une source de chaleur directe (bouillotte, radiateur, sèche-cheveux), un massage, ou une friction. La manipulation de la zone atteinte peut détruire les tissus.

Réchauffer très lentement ses mains et ses pieds. Plonger les parties atteintes dans un bain tiède (maximum 15°C) et faire monter très progressivement la température jusqu’à 38°C maximum.

Bouger les membres atteints pour aider la reprise de la circulation. À défaut, les surélever.

3. SORTIR COUVERT

Porter des chaussettes ou collants avec des coutures plates (ou à l’envers) pour limiter les frictions et douleurs au niveau des orteils.

Privilégier les chaussures larges et confortables, avec des semelles épaisses qui isoleront du froid et de l’humidité.

Sortir les mains couvertes, en préférant les moufles qui permettent de bouger les doigts à l’intérieur.

4. SURVEILLER SES ENGELURES

En cas d’engelures, observer de près son évolution. À la moindre apparition de vésicule (cloque), contacter immédiatement un médecin (ne pas hésiter à se rendre aux urgences).

Ne jamais négliger les signes avant-coureurs de la gelure (noircissement, perte de sensibilité, cloque).

Les engelures reviennent tous les ans au niveau de la zone fragilisée. Ne les laissez plus s’installer ! 

--------

Qu'est ce que le miel?

bienfaits du miel

Le miel est un pur produit de la nature. Produit par les abeilles à partir du nectar des fleurs, le miel peut être crémeux ou liquide, brun ou doré, doux ou intense. Il est gorgé des actifs puissants issus des fleurs et des plantes et minutieusement élaboré avec le savoir-faire et les enzymes des abeilles. Ce plaisir gourmand regorge de propriétés médicinales, de bienfaits pour le corps et de vertus pour la peau. 

La composition extraordinaire du miel

Chaque miel a sa propre composition complexe. Quelques soient son origine ou les fleurs à partir desquelles il a été élaboré, le miel est gorgé d’ingrédients actifs aussi bienfaisants pour le corps que pour la peau. Un miel pur contient généralement :

• Des sucres, du glucose et du fructose principalement, qui sont capables d’attirer et de retenir l’eau. Les autres sucres du miel ont un effet prébiotique en encourageant la microflore intestinale bénéfique. 
• Des peptides qui confèrent au miel des propriétés antibactériennes et des enzymes qui favorisent la cicatrisation 
• Des flavonoïdes qui sont de puissants antioxydants qui permettent de lutter contre le stress oxydatif et donc de protéger les cellules de l’organisme des agressions extérieures et du vieillissement 
• Des vitamines qui stimulent la production d’éléments essentiels, comme le collagène et des vitamines aux propriétés anti-inflammatoires pour calmer et apaiser 

Les usages du miel sur la peau 

HYDRATER ET NOURRIR

Avant toute chose, le miel est un humectant qui hydrate et nourrit la peau sèche et très sèche. Grâce à l’application du miel, l’épiderme est regorgé en eau, la barrière cutanée est renforcée et la peau résiste mieux à la déshydratation.

CICATRISER

Le miel, riche de ses nombreuses vitamines, répare et régénère les peaux abîmées. De larges travaux menés au CHU de Limoges, notamment par le Professeur Descottes, ont mis en évidence que le miel était un excellent agent cicatrisant pour les plaies et les escarres.

ASSAINIR

Le miel est aussi un antiseptique naturel grâce à ses enzymes et à son pH bas. Ses propriétés antibactériennes et assainissantes en font un ingrédient de choix pour le soin des peaux grasses et pour les peaux sujettes à la macération et aux mauvaises odeurs. 

Les miels Apivita

Le miel toutes fleurs bio

•Récolte : Début Juin
•Couleur et saveur : Doré, à la saveur légère et délicatement sucrée
•Propriétés spécifiques : Protecteur et nourrissant
•Retrouvez-le dans : Crème Philomiel, Crème Réparatrice Mains et Ongles, Crème Anti-frottement

Le miel de thym bio

•Récolte : Courant Mai
•Couleur et saveur : Brun ambré, à la saveur puissante et acidulée
•Propriété spécifique : Cicatrisant
•Retrouvez le dans : Apigel Régénérant

Le miel de lavande bio

•Récolte : Fin Juillet
•Couleur et saveur : Brun clair, à la saveur à la fois florale et boisée
•Propriété spécifique : Assainissant
•Retrouvez le dans : Déodorant Soin Régulateur, Déodorant Pied Régulateur, Gel Nettoyant Déodorant
-----------------------------

Portrait d’un apiculteur de la ville

Guy-Noël Javaudin est un apiculteur pas comme les autres. Passionné des abeilles et des hommes, il se peut que vous le rencontriez en Normandie comme en Afrique.

Nous l’avons rencontré sur un de ses terrains de jeu en banlieue parisienne sur le lieu même où il enseigne aux petits comme aux grands l’art et les techniques de l’apiculture.

C’est dans la ville de Montreuil, au cœur d’un paysage fortement urbain en périphérie de la capitale, que nous avons rencontré un apiculteur passionné, Guy-Noël Javaudin. Il nous accueille à « la Terrasse », un terrain partagé pour les habitants, comme il en existe de nombreux à Montreuil. Il faut dire que cette ville a un fort historique agricole : avec ses célèbres murs à pêches et ses 50 hectares de terrains en friche, les initiatives sont nombreuses pour faire vivre ce potentiel de biodiversité.

Ce Montreuillois de naissance est depuis toujours un passionné d’apiculture, mais cela fait seulement quelques années qu’il s’est lancé dans l’élevage d’abeille au sens professionnel du terme. Producteur de miel en Normandie, Guy-Noël comprend particulièrement bien toutes les contraintes et les difficultés d’une apiculture moderne, qui doit faire face aux prix très bas de la grande distribution, au syndrome d’effondrement des colonies ou encore à l’augmentation des zones de monoculture qui rendent la survie des abeilles difficile.

Fort de cette expérience, cet apiculteur a créé un rucher école dans sa ville d’origine. Ces écoles d’apiculture fleurissent un peu partout en France et offrent aux amateurs comme aux futurs professionnels des enseignements pour apprendre à installer une ruche et à faire vivre une colonie d’abeilles. Ce Rucher école, Guy-Noël l’a fondé il y a quelques années, un peu bénévolement, un peu pour partager sa passion. Rapidement, l’affaire a pris de l’ampleur comme si les Montreuillois, friands d’activités en plein air, n’attendaient que ça. L’association s’est alors montée, et nombre des élèves qu’il a formé sont devenus animateurs.

D’après lui, ce qui amène les gens à se tourner vers ce type d’enseignement, c’est tout d’abord la possibilité de renouer avec l’environnement qui nous entoure : « C’est une activité de loisir intéressante qui permet de se confronter à la nature, à ses difficultés et à la biodiversité. ». Les élèves sont vivement encouragés à installer leur propre ruche dès le début des enseignements, chez eux ou en jardin communautaire. « Ça permet aux apiculteurs amateurs d’apprendre plus facilement, nous dit-il, et de se sentir impliqués. Du coup, ils deviennent très rapidement vigilants à la température et à la météo, ils commencent à s’intéresser aux arbres qui se trouvent à proximité de chez eux, à leur floraison. C’est une véritable intégration à la nature et la biodiversité qui les entourent. »

Les jardins communautaires dans lesquels ont lieu les cours permettent aussi de donner une dimension sociale aux formations de Guy-Noël. Ces jardins sont des endroits partagés qui permettent de créer du lien entre les gens du quartier. Et entre tous les groupes qui passent par le rucher, ceux qui impressionnent le plus l’apiculteur Montreuillois sont les enfants qui viennent d’écoles en milieux populaires et qu’il reçoit en initiation au rucher : « Ces enfants sont complétement déconnectés de la nature et de la biodiversité. Quand on passe à la pratique, ils se rendent compte qu’ils peuvent s’approcher des abeilles, qu’ils ne se font pas attaquer, qu’ils peuvent glisser un doigt dans la ruche, qu’il y a du miel dedans, qu’on peut le manger et que c’est bon.»

En plus de son cheptel en Normandie et de son activité au Rucher école, Guy-Noël organise des sessions d’initiation pour les agents de collectivité de l’Administration France Agrimer et entretient des ruches pour des clients tels que le Gouvernement, qui les a récemment installées sur le toit de l’Hôtel de Matignon. La vie d’un apiculteur est rythmée par les saisons : le printemps et l’été sont des périodes où les éleveurs ne dorment que très peu, ensuite en hiver les abeilles hibernent et cette période leur permet de lever un peu le pied. Mais à cette saison, plutôt que de se reposer, Guy-Noël en profite pour s’envoler plusieurs mois pour l’Afrique de l’Ouest …

Entre toutes ces activités, notre apiculteur chevronné s’organise pour réserver une bonne partie de son année à du bénévolat. Très attaché à la valorisation du trésor que l’Afrique possède en ses cheptels d’abeilles, il travaille avec des ONG locales dans des pays tels que le Togo, le Bénin ou encore le Burkina Faso pour développer l’apiculture africaine. Selon lui, l’Afrique a un potentiel apicole inexploité (le varroa, parasite qui décime les colonies, n’est pas arrivée là-bas, il n’y a pas de saisonnalité pour les floraisons et le miel n’est pas encore consommé comme un produit d’alimentation courante). Il organise des conférences internationales et des sessions de formation pour encourager la transition de la cueillette traditionnelle vers la culture à proprement parler.

Guy-Noël déborde d’énergie et de passion pour son métier n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer. Mais si vous passez par Montreuil, il y aura certainement une place pour rejoindre les bancs de son école. Partout ailleurs, si vous êtes intéressé, renseignez-vous auprès de la mairie de votre commune pour en savoir plus sur l’existence de jardins communautaires et de rucher écoles près de chez vous. 

Les murs à pêche, qu'est-ce-que c'est ?

Les murs à pêches ont été construits au 17ème siècle et ils courent en labyrinthe sur 600 km dans la ville de Montreuil. La culture des murs à pêches permettait d’emmagasiner la chaleur la journée pour la restituer la nuit aux pêchers. Les fruits récoltés étaient si bons qu’ils étaient servis à la cour du Roi de France. La Révolution Industrielle a signé le déclin de cette culture ingénieuse.

Le Rucher Ecole de Montreuil 

Le Rucher Ecole de Montreuil accueille chaque année une centaine d’élèves, à raison d’un enseignement par mois. Au programme, théorie et pratique : installation d’une ruche, protection contre les maladies, élevage de reines, récolte des produits de la ruche etc. L’école est équipée d’une salle de classe et prête le matériel et les ruches. Ainsi en quelques années, les jardins de Montreuil privés comme publics se sont enrichis de 300 ruches. Les futurs professionnels reçoivent aussi un cours particulier en en gestion et développement d’une activité apicole. Guy-Noël Javaudin : 04 68 41 18 98

--------------------------

Les prébiotiques

A la surface de notre peau se trouve le microbiote, ensemble de bactéries aux fonctions diverses.

Certaines bactéries, consomment la sueur à la surface de notre peau, et produisent des métabolites responsables des mauvaises odeurs corporelles.

Il existe des molécules, les prébiotiques, qui sont des sucres d’origine végétales, capables d’assainir cette flore cutanée.

Ces prébiotiques encouragent le développement des bactéries saines et protectrices au détriment des bactéries responsables des mauvaises odeurs. Ils permettent donc d’éviter l’apparition d’odeurs gênantes, sans perturber la thermorégulation assurer par la transpiration et la barrière cutanée.

Apivita Cosmetiques

-----------------

Onguent réparateur pour toute la famille

Pour les mains

Isoler une égratignure.

Assouplir des callosités.

Fortifier les ongles et nourrir les cuticules.

Pour le visage

Soulager un nez irrité.

Réparer des lèvres abîmées.

Apaiser les petites desquamations.

Réhydrater la peau asséchée par un traitement anti-acnéique.

Pour le corps

Apaiser les démangeaisons de contact.

Redonner de l’élasticité aux coudes et

aux genoux.

Soulager des rougeurs post-épilation.

Calmer les picotements dûs aux piqûres d’insectes.

Pour le jeune enfant

Apaiser l’érythème fessier du nourrisson.

Nourrir les plaques sèches (dartre, eczéma).

Réparer le pourtour des lèvres abîmé par la tétine.

Pour la femme enceinte ou allaitant

L’Onguent peut être utilisé pendant la grossesse et la période d’allaitement.

Soulager l’irritation des mamelons après l’allaitement.